link2fleet: Quels impacts la crise du covid-19 a-t-elle eu sur votre activité ? 

Bart Moens: Personne n’a pu passer à côté du fait qu’il y a eu beaucoup moins de circulation sur nos routes durant le lockdown. Bien sûr, cela a eu un impact sur les ventes de nos carburants. Juste après Pâques, on a toutefois assisté à une résurgence des volumes. La demande en mazout de chauffage a aussi fortement augmenté suite à la diminution des prix sur les marchés internationaux.  

Durant cette période, il n’y a eu aucun problème d’approvisionnement. Ni en termes de carburant ni en termes de produits pour nos stations Shop&Go que nous exploitons avec nos partenaires Delhaize et Panos. 

l2f: Quelles mesures avez-vous prises pour faire face ? 

B.M.: La sécurité des collaborateurs de Q8, des opérateurs et des clients a été au centre de nos préoccupations dès le premier jour. Il est demandé à la majorité des collaborateurs de Q8 de travailler depuis leur domicile et de ne pas effectuer de déplacements. Notre usine de mélange a quant à elle continué à fonctionner, avec toutes les règles de sécurité nécessaires, évidemment. 

Dans nos magasins, toutes les mesures en matière d’hygiène et de distanciation sociale ont été prises directement. Nos clients en ont été informés sur place ainsi que par d’autres canaux. De sorte qu’un ravitaillement en carburant ou un achat rapide et sûr en boutique était toujours possible. 

Un point important était aussi de pouvoir payer son carburant via son smartphone avec Q8 mobile. Cela permet d’éviter tout contact physique avec le terminal et la pompe est libérée depuis votre smartphone. Tout cela en restant en sécurité dans votre voiture. Un atout non négligeable en cette période.  

l2f: Êtes-vous à nouveau opérationnels à 100%? 

B.M.: Oui, nous sommes et avons d’ailleurs été, durant toute cette période, entièrement opérationnels. Grâce à l’approche flexible et rapide des opérateurs Q8 et du personnel derrière ses écrans en plexiglas, nous avons pu servir nos clients en toute sécurité dès le premier jour. 

Déplacements efficaces 

l2f: Quels changements/opportunités à long terme pensez-vous que cette crise pourrait entraîner sur les secteurs du leasing et de la mobilité ? 

B.M.: On s’attend à ce que beaucoup d’entreprises aient découvert que le télétravail fonctionne. Elles risquent donc de le poursuivre (en tout cas en partie) dès la crise terminée. Cela va signifier que les gens vont plutôt réfléchir au fait de savoir si un déplacement est vraiment nécessaire. Dans le même temps, ils vont délaisser les transports en commun, où la distanciation sociale est plus difficile à respecter. Il est donc encore difficile de déterminer si demain il y aura moins de voitures sur nos routes. 

Toutefois, nous espérons que nous pourrons mieux planifier nos déplacements et que les entreprises commenceront à mieux y réfléchir, en combinaison avec le télétravail. Par exemple : faire du télétravail tôt le matin, puis se rendre au bureau dans le courant de la matinée. Ou alors, arrêter de travailler plus tôt l’après-midi et le reprendre en soirée à la maison. Cela permettrait également d’améliorer la fluidité du trafic. 

Par ailleurs, on risque aussi d’assister à une réduction des déplacements plus lointains dans les mois à venir et d’intensifier la réflexion sur la mobilité durable. On pense aussi que la conduite électrique va connaître un boom.