Selon les derniers chiffres d’une enquête de l’Economic Risk, on s’attend à une baisse de 9% de l’espace de bureau occupé par employé d’ici 5 ans en Belgique. Mais si on se penche sur les chiffres par région, la situation est quelque préoccupante à Bruxelles qui estime à 22% la diminution, contre 6% en Flandre et 4% en Wallonie. La raison est simple : la crise du coronavirus a poussé les entreprises dans la voie du télétravail et celui-ci continuera d’exister même lorsque la situation sera redevenue ‘normale’.

La Capitale doit donc dès à présent anticiper l’avenir et trouver comment réhabiliter les immeubles de rapport. Et qui dit réduction du travail au bureau dit forcément modification des habitudes de mobilité. 48% des employeurs situés à Bruxelles ont ainsi constaté un changement dans les habitudes de mobilité de leur personnel depuis le confinement du printemps 2020. 7 entreprises sur 10 se déclarent dès lors prêtes à revoir leurs modes de déplacements domicile-travail. Le travail à distance – et donc pas seulement à la maison, mais aussi dans des bureaux satellites ou décentralisés – va également être l’enjeu majeur de ces prochaines années, tout en prenant en compte le bien-être du personnel.

Dans ce cadre, BECI souhaite développer davantage les alternatives à la voiture particulière et promouvoir les solutions de multimobilité. The WorkLAB lance donc un programme « OK MOBILITY », dont l’objectif sera de permettre aux entreprises de découvrir les nouvelles solutions de mobilité urbaine.

“Les confinements ont totalement bousculé nos habitudes de travail et de mobilité. Le télétravail est désormais incontournable, il est important que nos entreprises disposent des outils nécessaires pour en faire un succès”, indique la ministre bruxelloise de la Mobilité, Elke Van den Brandt (Groen).