Ces collaborateurs pourront choisir, dans un futur proche, parmi une liste d’avantages extralégaux et composer eux-mêmes une partie de leur paquet salarial. L’accord constitue, selon les juristes en droit du travail, un précédent important pour la vie des entreprises en Belgique. Il s’agit aussi d’une primeur belge avec un paquet salarial flexible proposé à grande échelle à presque tous les membres du personnel. Les spécialistes ne considèrent pas la nouvelle CCT comme le énième plan cafétéria mais comme une approche RH fortement individualisée sachant que les banques contrairement, au secteur start-up et fintech, n’attirent plus tellement les jeunes et que la quête de talents est omniprésente. Dans un certain sens, c’est une réalisation précoce du budget mobilité plusieurs fois annoncé et pour lequel aucune mesure fiscale et sociale concrète n’a encore été élaborée bien qu’il ait été inscrit dans l’accord de gouvernement. Chez BNP Paribas Fortis, le choix dépasse la mobilité pure car le salarié peut aussi opter pour d’autres services facilitaires. La nouvelle CCT n’a toutefois pas d’influence sur les cadres supérieurs ni la direction de BNP Paribas Fortis qui avaient déjà adopté précédemment le système flexible et qui souvent disposaient déjà d’une voiture de société.

Dans la nouvelle CCT, les salaires bruts sont limités à 4.700 euros par mois. Celui qui gagne plus est payé en points (units). Ceci a des conséquences directes pour environ 3.500 des 13.000 employés et cadres moyens.

Avec ces points, un membre du personnel peut acheter une corbeille d’avantages extralégaux. L’offre comprend deux choix de base dont, d’une part, la voiture de société ou un budget mobilité et, d’autre part, divers services facilitaires mais aussi des formations ou des abonnements sportifs. Un paiement classique des salaires reste possible. Celui qui gagne moins de 4.700 euros bruts peut aussi profiter du système à points. Tous ces salariés reçoivent par ex. leur 13e mois en ‘units’ payés en tranches mensuelles. Du fait que la nouvelle CCT s’applique à un très grand nombre d’employés, cela en fait un test case important pour le marché belge des voitures de société. Nous parlons ici de salariés qui jusqu’il y a peu n’avaient pas accès à une voiture de société via leur employeur. Vont-ils opter massivement pour les avantages d’une voiture de société ou plutôt opérer d’autres choix ? Il est aussi intéressant de savoir, au cas où les salariés optent pour une voiture de société, quels budgets seront retenus en combinaison ou pas avec une carte-carburant, dès lors que le carburant gratuit représente, depuis le 1er janvier 2017, un surcoût non négligeable pour l’employeur.

Le plus grand assureur belge, AG Insurance, prévoit aussi de proposer un pack salarial flexible à son personnel. La direction et les syndicats d’AG Insurance ont récemment signé un protocole d’accord qui libère la voie à un plan cafétéria. Les quelque 4.400 salariés d’AG pourront opter pour un salaire avec une partie flexible comprenant par ex. une voiture de société ou un abonnement de train. Cela concernerait le budget brut correspondant au 13e mois augmenté de la prime de productivité. Les partenaires sociaux veulent aboutir à un accord définitif en septembre 2017.