La toute première Golf remonte à 1974. C’était la bonne voiture au bon moment. Elle a immédiatement séduit, notamment grâce à son design presque intemporel et pur qui est l’œuvre du styliste italien Giorgetto Giugiairo. En termes d’apparence, les Golf qui ont suivi étaient une évolution. Avec chaque changement de génération, la Golf est devenue plus grande et plus sophistiquée et est restée leader dans son segment. Elle a toujours été reconnaissable, y compris la plus récente, qui est maintenant le modèle de la huitième génération. Mais n’en doutez pas, le Golf qui fait ses débuts aujourd’hui est totalement neuve. Elle est plus basse et même une fraction plus petite en largeur que sa devancière. Dans le même temps, elle s’est allongée de 26 mm et l’empattement a augmenté. Mais avec ses 4,28 mètres de long, elle reste une voiture moyenne cinq places compacte et facilement manœuvrable avec un coffre dont le volume atteint 380 litres. On ne peut pas dire cela, mais avec sa valeur Cx de 0,27, elle est incroyablement rationalisée et obtient de meilleurs résultats que sa devancière. Cela est dû en partie au museau inférieur et au bas de caisse presque plat. Cela augure de bons chiffres en matière de consommation et d’émissions de CO2.

Cinq hybrides

À l’heure où l’électrification est un mot récurrent dans le jargon automobile, il peut sembler bizarre qu’il y n’existe plus une Golf entièrement électrique. Volkswagen laisse désormais cette tâche à l’ID.3 qui arrivera chez les concessionnaires plus tard en 2020. Cependant, la Golf est disponible avec au choix cinq versions hybrides. Trois d’entre elles sont des hybrides dits doux, dans lesquels un moteur électrique assiste le moteur à essence à bas régime et améliore la souplesse au volant. A d’autres moments, le moteur électrique, qui est relié au moteur à combustion interne par une courroie, peut servir de démarreur ou de générateur. Ces versions hybrides légères obtiennent la caractérisation eTSI et sont équipés en standard d’un plateau de tamisage à commutation automatique, d’un DSG, avec double embrayage. Les eTSI sont disponibles avec une puissance de 110, 130 ou 150 ch. Dans une première phase, seul le plus puissant de ce trio sera disponible. Les deux autres seront commercialisés plus tard tandis que des versions GTE (hybrides rechargeables) verront le jour vers la fin 2020. Leur puissance sera de 204 ou 245 ch et une automie électrique complète d’environ 50 kilomètres.

Diesel, essence ou gaz

La nouvelle Golf n’existe pas seulement en hybride ou plug-in. Il existe également toute une gamme de moteurs à combustion interne classiques. L’offre commence par deux essences trois cylindres de 1,0 litre dont la puissance est de 90 ou 110 ch. Ces versions de base ne sont pas encore disponibles. Cependant, la TSI 1.5 de 130 ch combiné à une boite manuelle à 6 rapports est déjà proposé à la commande. Cette essence a quatre cylindres, dont deux s’éteignent en toute autonomie lorsque le moteur est partiellement chargé. Un peu plus tard, la 1,5 TSI avec 150 ch et une technologie similaire verra le jour. D’ici fin de 2020, on annonce aussi un TGI au gaz naturel. En outre, une version essence hyper-performante de 300 ch verra également le jour un peu plus tard.

Pour le fleet, les deux TDI sont sans doute les plus importants à l’heure actuelle. Ils sont équipés d’un nouveau turbo diesel de 2,0 litres de 115 ou 150 ch, respectivement avec une boîte de vitesses manuelle à six rapports et une DSG à sept rapports et double embrayage.

Digitale

Chaque Golf, même la version de base, reçoit un tableau de bord numérique composé de deux écrans placés l’un contre l’autre. Objectif de l’écran placé au centre de la console : intégrer le plus grand nombre possible de fonctions et réduire au minimum le nombre de boutons. La première fois, il est préférable de s’accommoder au système lorsque la voiture est à l’arrêt. Appuyer, faire glisser et pincer, telles sont les commandes du système. Volkswagen parle d’une utilisation simple et intuitive. La pratique montre qu’il est préférable de ne pas conduire pour trouver facilement les commandes qu’on souhaite. Pour ceux qui le souhaitent, il y a aussi la reconnaissance vocale. Dans l’ensemble, le tableau de bord et la décoration semble plutôt sobre et certains matériaux, notamment dans les portières, peuvent apparaitre « bon marché ». A partir du niveau de finition Life (le deuxième niveau d’équipement), vous pouvez utiliser l’ajustement d’éclairage d’ambiance pour que l’ensemble soit un peu plus gai et coloré. L’équipement standard est impressionnant. Tout autour, il y a un éclairage LED et même sur la version de base, vous obtenez tout un arsenal d’aides à la conduite. Le plus innovant est sans aucun doute le système Car2X dans lequel la voiture communique avec son environnement, c’est-à-dire les autres voitures et l’infrastructure routière. Les messages concernant les embouteillages, les accidents et les travaux routiers, entre autres, peuvent ainsi être envoyés plus rapidement. L’intention est que le Car2X soit élargi à aussi d’autres voitures que la Golf.

Ne faites que rouler

Lors de notre présentation de la nouvelle Golf, nous nous sommes principalement mis au volant du 2.0 TDI avec 150 ch. Celui-ci a une suspension arrière multibras, tandis que les versions moins puissantes (moins que 150 ch) doivent se contenter d’un arbre de torsion plus simple. En outre, notre voiture d’essai était équipée du DCC qui permet à la dynamique de conduite via la fonction “individuelle” d’être réglée presque à l’infini entre “confort” et “sport”. Le réglage du volet change séparément en fonction des conditions de conduite. Le système est complété par le XDS. Cela permet de garantir que la roue avant est légèrement freinée à l’intérieur du virage en forçant la voiture à entrer dans le coin intérieur. Ce freinage assure une plus grande puissance du moteur à la roue avant au moment d’emprunter le virage. L’effet est impressionnant. Les tendances au sous-virage, où la voiture fouille l’extérieur du coin, sont réduites au minimum. Il en va de même pour l’inclinaison de la carrosserie. Ces excellentes qualités dynamiques sont complétées par un moteur diesel qui déploie des montagnes de pouvoir de traction. Le DSG assure un fonctionnement automatique et sans heurts en particulier à partir de la troisième transmission. Avec cela, la nouvelle Golf pourrait bien devenir l’une des meilleurs de sa catégorie.

Bilan fleet

La nouvelle Golf est uniquement disponible en version cinq portes et bénéficie d’un nombre impressionnant d’équipements standard. Il existe également des options intéressantes telles que le DCC en combinaison avec le XDS, l’éclairage matriciel, l’affichage tête haute et une connectivité qui établit la norme. Volkswagen ne fournit qu’un petit nombre de systèmes d’entraînement dans une première phase : il n’y a que quatre versions disponibles. La TSI 1.5 avec 130 ch (108 g/km), le 1,5 eTSI avec 150 ch (106 g/km) et les deux 2,0 TDI avec soit 115 ch (91 g/km) ou 150 cv ( 97 g/km). Avec notre véhicule de test TDI, nous avons enregistré un une consommation moyenne de 5,4 l/100 km sur un parcours difficile. Avec le 1,5 TSI, il était de 6,6 l/100 km.

VOLKSWAGEN GOLF 2.0 TDI (150 PK) FICHE TECHNIQUE  
Carburant  Diesel
Puissance 110 kW /150  ch
Couple maximum 360 Nm@ 1600 opm
Cylindrée 1968 cc
Poids (avec conducteur) 1465 kg
Volume du coffre 380
Capacité réservoir 50 litres
Consommation moyenne de l’essai 4,6 l/100 km
Emissions de CO2 97 g/km
Vitesse de pointe 223 km/h
AUTRES MOTEURS
Moteur Carburant  Puissance
1.5 Essence 130 ch
1.5 Essence/mild hybride 150 ch
2.0 Diesel 110 ch
     
     
     
     
     
INFORMATION DE BASE
Prix de base htva 27.619,82 €
Prix de base tvac 33.419 €
Puissance fiscale 11 CV
TMC/taxe de circulation (Bruxelles, Wallonie, Leasing) 867/437,45 €
BIV/taxe de circulation (Flandre) 602,74/470,25 €
   
Déductibilité fiscale 71,5 %
ATN conducteur 1747,33 €/an
ATN employeur 291,22 €/an