Maintenant que la CLA originale a officiellement pris place dans les livres d’histoire, les Allemands osent le dire haut et fort: la première génération était un cobbaye, à l’instar de la plus grande CLS il y a dix ans. Aujourd’hui, les deux modèles sont perçus comme les pères fondateurs du coupé quatre portes, confrontée à la concurrence. La BMW Série 2 Gran Coupé est en effet à l’affût, alors que Peugeot positionne aussi sa 508 comme une ‘coupé’ quatre portes.

Le nez de la nouvelle CLA Coupé est encore plus incliné et arbore donc un look plus sportif que celui du modèle sortant.

100 grammes

La concurrence plus exacerbée n’est cependant pas la raison pour laquelle Mercedes lance d’emblée deux versions sedan de la Classe A: la CLA Coupé que nous avons essayée et la Berline qui a déjà été présentée précédemment. Stuttgart voit plutôt en cette dernière une variante de carrosserie de la Hatchback, tandis que la CLA Coupé reste un modèle en soi. Elle affiche, il est vrai, environ les mêmes dimensions que la Berline, mais adopte aussi un design plus affirmé qui devrait séduire le public à la recherche de valeur ajoutée.

Le look de la CLS sied la CLA Coupé à merveille.

L’aspect extérieur innovant abrite toutefois une technique en tous points identique, à savoir des moteurs essence et diesel quatre cylindres tarifés en entrée de gamme à 30.612 euros sur la CLA 180; le modèle le plus cher étant la CLA 220 d 4Matic. A terme viendront encore s’ajouter deux variantes AMG, mais qui sont évidemment moins pertinentes dans un contexte fleet. La CLA 180 d disponible à partir de 34.364 euros répond, par contre, beaucoup mieux aux attentes du marché fleet, d’autant plus qu’elle n’émet que 100 grammes de CO2 par kilomètre selon la norme NEDC 2.0 (qui sera encore d’application au moins jusqu’à fin 2020 au niveau fédéral et jusqu’à fin 2021 en Flandre pour la taxation des véhicules de société).

Nouvelle approche

Sous le capot de la 180 d veille un turbodiesel de 1,5 litre, développé en commun avec Renault et délivrant 116 ch. Ce moteur est parfait pour s’insérer avec aisance dans le trafic urbain et pour dompter les routes secondaires, mais sur autoroute, le quatre cylindres éprouve davantage de difficultés – même associé à la boîte automatique 7G-DCT proposée en option. Bientôt une version 200 d fera son apparition dotée d’un bloc 2,0 litres signé Mercedes et qui développe 150 ch pour mieux se faufiler dans une circulation rapide. Par contre, le 1,5 litre affiche une consommation basse. Avec trois personnes à bord, nous avons réalisé une consommation moyenne de 6,4 litres au pied des Alpes, donc un objectif de consommation d’un peu plus de cinq litres est certainement un objectif réaliste.

Sur les versions plus puissantes, la traction quatre roues motrices 4Matic peut aussi être commandée.

Indépendamment du moteur choisi, la nouvelle CLA offre des sensations nettement différentes que sa devancière. Fini la suspension trop ferme et le comportement routier trop stoïque. Ils ont fait place nette à une architecture confortable qui valorise les qualités routières du véhicule. Et d’autant plus sur les modèles diesel, qui affichent d’ailleurs d’excellentes prestations en matière d’émissions de NOx. Ou comment une Mercedes à la ligne affinée ne doit pas nécessairement se conduire de façon agressive et peut privilégier une conduite agréable aussi bien en ville que en dehors d’un environnement urbain.

Classe C stylisée

Le nouvel habitacle contribue largement à la métamorphose dont a bénéficié la gamme et qui s’inspire de la Classe A. L’intérieur est non seulement léché avec deux écrans protégés par un verre commun et de magnifiques grilles d’aération. La finition nous semble aussi supérieure à celle de la hatchback qui, il est vrai, coûte 4.000 euros de moins.

En outre, le principal point faible de la CLA a été complètement écarté, à savoir l’espace trop confiné au niveau des banquettes arrières. Désormais, deux adultes peuvent aisément y prendre place avec un espace aux genoux suffisant grâce aux 30 millimètres supplémentaires de l’empattement. Et le coffre? Celui-ci est, malgré une perte de volume de 10 litres, plus convivial de par une ouverture de chargement plus large. Ou comment la CLA est davantage une version stylisée de la Classe C, qui est seulement deux centimètres plus longue.

BILAN FLEET:
Pour autant que le succès remporté par la génération précédente auprès du marché fleet puisse être une indication, pas de doute que la nouvelle Coupé CLA sera un hit. La berline stylisée possède d’ailleurs tous les atouts en mains pour y parvenir: moteurs modernes, système de commande MBUX innovant ainsi qu’une meilleure exploitation de l’espace. En outre, grâce aux dernières techniques de dépollution, il n’y a plus aucune raison d’éviter les diesels Euro 6d, car ceux-ci délivrent d’excellentes prestations en combinaison avec la boîte automatique. Dans le cas du 180 d, les émissions de CO2 oscillent entre 100 et 105 grammes par kilomètre parcouru, ce qui autorise une déductibilité fiscale de 90%. Mais si cela dépendait de nous, nous opterions pour le 2.0 litres de fabrication Mercedes qui avec ses 150 ch fournit des prestations plus équilibrées sur autoroute.

Mercedes CLA Coupé 180 d (85 kw) – 2019

FICHE TECHNIQUE  
Carburant   diesel
Puissance 85 kW /116  ch
Couple maximum 260 Nm @ 1750 – 2500 tr/min
Cylindrée 1461 cc
Poids 1490 kg
Volume du coffre 460  litres
Capacité réservoir 43 litres
Consommation moyenne (NEDC) 3,8 – 4,0 l/100 km
Emissions CO2  100 – 105 g/km
Vitesse de pointe  205 km/h
AUTRES MOTEURS
moteur carburant  puissance
CLA &80 essence  136 ch
CLA 200 essence  163 ch
CLA 220 essence  190 ch
CLA 250 essence  224 ch
CLA 200 d diesel  150 ch
CLA 220 d diesel  190 ch
INFORMATION DE BASE
Prix de base htva 28.400 €
Prix de base tvac 34.364 €
Puissance fiscale 8 CV
TMC (Bruxelles, Wallonie, Leasing) 123 €
BIV (Flandre) 586,26 €
Taxe de circulation 285,83 €
Déductibilité fiscale 90 %
ATN conducteur 1944 €/an
ATN Employeur 330 €/an