Chez Renault, on est attristé de voir que l’intérêt pour le monospace, autrefois populaire, s’estompe. C’est douloureux car le constructeur français était l’un des pères fondateurs du monospace, il suffit de penser à l’Espace qui, c’est désormais certain, n’aura plus de successeur. Renault s’adapte avec diligence et suit la nouvelle tendance du marché en élargissant encore sa gamme de SUV. Après le Captur, le Kadjar et le Koleos, voici maintenant l’Arkana. Ce nouveau venu est un SUV de type coupé et suit la tendance établie par les marques premium allemandes Audi, BMW et Mercedes.

 

Classe moyenne

L’époque où les SUV étaient dérivés de véritables 4X4 est révolue. Il en va de même pour l’Arkana qui n’est disponible qu’en traction avant. Ce qu’il garde des véritables 4X4, c’est la carrosserie surélevée, la garde au sol plus importante, la position assise assez haute et le look robuste avec des passages de roues expressifs et des boucliers de pare-chocs solides. Renault utilise comme base le châssis et la plateforme de la Clio et du Captur, mais cela ne signifie pas que l’Arkana est petit. Il peut être classé comme une voiture moyenne spacieuse et mesure 4,56 mètres, ce qui le place entre le Kadjar et le Koleos en termes de taille. Cela fait de l’Arkara un véhicule spacieux à quatre places, avec un cinquième siège occasionnel. Malgré la ligne de toit inclinée, la garde au toit est suffisante à l’arrière, tandis que le coffre avec son plancher mobile a un volume de 513 litres pour les mild hybrides, ou 480 litres pour les hybrides.

 

Hybride

Il n’existe pas de version diesel de l’Arkana. La gamme est double. Il y a l’hybride E-TECH que nous testerons plus tard, utilisant la technologie de conduite de la Clio E-TECH. Nous avons d’abord pu conduire le TCe 140 Hybrid. Il s’agit essentiellement d’une version hybride légère. Cela signifie que le moteur ne s’arrête pas seulement comme avec un système start/stop traditionnel, mais aussi lors du freinage, du moins lorsque la batterie 12V est suffisamment chargée. Le moteur à essence turbo de 1,3 litre est également assisté électriquement au démarrage et au changement de vitesse. Cela garantit un transfert de puissance en douceur et contribue également à réduire la consommation et les émissions de CO2. Selon Renault, cela permettrait un gain de 8 %. En pratique, sur une route mixte, nous avons pu enregistrer une consommation de 6,8 l/100 km. Les chiffres officiels de CO2 selon la norme WLTP sont de 131-138 g/km. Le quatre cylindres, qui est d’ailleurs très souple par rapport à la plupart des trois cylindres, et son assistance électrique sont couplés à une boîte de vitesses à sept rapports à double embrayage à passage automatique. Le résultat est que cette version de l’Arkana se conduit de manière extrêmement souple et sans aucune baisse de puissance. Ceux qui le souhaitent et qui sont de bonne humeur peuvent également changer de vitesse de manière séquentielle grâce aux palettes situées derrière le volant.

 

Polie mais pas sportive

Le conducteur et les passagers sont assis relativement haut et bénéficient d’une entrée et d’une sortie faciles. Derrière le volant, à partir de la finition Intens, se trouve un affichage entièrement numérique, assisté par un écran tactile au centre du tableau de bord, dont la taille varie en fonction du niveau de finition. Malgré cette technologie de pointe, l’ensemble reste discret et n’est pas aussi clinquant que la plupart des marques allemandes. Conduire cette version de l’Arkana est une expérience agréable. La suspension est absorbante tandis que le roulis est bien camouflé. Ici, l’Arkana montre clairement des affinités avec les Clio et Captur qui ont déjà fait forte impression. Ajoutez à cela un groupe motopropulseur agréable et vous obtenez une voiture sans stress qui se sent aussi à l’aise sur l’autoroute que sur la route secondaire. L’Arkana a un caractère poli mais pas sportif.

 

Bilan fleet

Ceux qui veulent encore enrichir leur flotte d’un moteur à combustion interne avant la ruée vers le tout-électrique peuvent le faire avec cette Arkana. Dans le modèle mild-hybrid TCe 140, cela donne une valeur de CO2 de 131-138 g/km (WLTP). Cela limite la déduction fiscale, mais la consommation réelle de carburant peut être maintenue juste en dessous de 7l/100km. Au total, quatre niveaux de finition sont au programme. Le Zen est la version de base mais pour son prix (23.636 €, 36 hors TVA) son équipement est excellent. Spécialement pour les flottes, il y a la Corporate Edition (24 132 €, 23 hors TVA) qui se distingue par une meilleure connectivité et navigation, un réglage électrique du siège avant pour le conducteur, des jantes en aluminium de 17 pouces et des vitres teintées foncées, entre autres. Ceux qui veulent un tableau de bord entièrement numérique et encore plus d’avantages opteront pour l’Intens. La version supérieure est la R.S. Line.

 

Renault Arkana TCe 140

 

Prix HTVA

 

Prix TVAC

23.636, 36 €

 

30.200 €

Cylindrée 1333 cc
CO2 (NEDC 2.0) 121-124
CO2 (WLTP) 131-138
TMC (leasing) 867 €
Taxe de roulage (leasing) 198,40 €
Déductibilité fiscale 57,8%
Cotisation CO2 employeur 543,42 €
ATN employeur 760,86 €
ATN employé 2174,40 €