Ces 24 et 25 avril derniers, ces ‘Fleet Dating’ ont réuni plus de 70 gestionnaires de flotte. Réparti sur deux sessions (Gand et Wavre), le ‘Fleet Dating’ offre l’occasion à des experts de venir s’exprimer – dans un temps limité – sur des sujets d’actualité. Au menu de cette 4e édition : le concept du ‘cash for cars’, l’allocation de mobilité, le WLTP et la nouvelle fiscalité à l’horizon 2020.

Jamais le métier de fleet-owner n’aura été si complexe

Expert en fiscalité automobile pour le bureau Mobilitas, Michel Willems a tout d’abord dressé un bilan des mesures fiscales qui entreront en vigueur à partir de 2020. Plus que jamais, il s’agira pour le fleet manager de bien anticiper toutes les conséquences afin que les contrats en vigueur dans 2 ans ne pénalisent pas fiscalement la société. Il a également donné un éclairage sur les nouvelles normes de test WLTP dont l’impact, sur les ‘car policies’ basées sur le CO2, sera non négligeable. Un conseil : commander aussi rapidement que possible les nouveaux véhicules ayant toujours des valeurs NEDC.

Consultant Tax & Legal pour le secrétariat social Attentia, Yves Labeeu a expliqué de manière très claire le principe du ‘cash for car’ très récemment ratifié par le gouvernement. Grâce à des exemples chiffrés, il a pointé du doigt les situations où cette transaction pouvait se montrer avantageuse. Il a ensuite levé un coin du voile sur la proposition d’allocation de mobilité (à ne pas confondre avec le ‘cash for car’) qui vient d’être mise sur la table des discussions par nos instances fédérales.

Parole ensuite a été donnée à Peter Van de Velde (Mobility Manager chez KPMG) et François Spinette (Mobility Manager chez Sopra Banking) qui ont tour à tour expliqué la manière dont ils avaient implémenté un budget de mobilité dans leur entreprise sans avoir attendu la mise en place d’un cadre légal. Une initiative couronnée de succès dans les deux entreprises où le pourcentage d’utilisation de la voiture a chuté de manière significative.