Pourquoi les ADAS rendent les réparations automobiles plus coûteuses 

Chaque année, les nouveaux modèles de voitures sont de plus en plus perfectionnés, tout comme les systèmes d’aide à la conduite (ADAS) qui y sont intégrés. Les ateliers de carrosserie s’adaptent en permanence à cet environnement en constante évolution et visent à fournir un service de qualité pour leurs réparations. Ces dernières années, cependant, les coûts de ces services sont de plus en plus élevés. Voici quelques raisons qui expliquent cette augmentation du coût des réparations des véhicules équipés d’ADAS.

1. La vulnérabilité des capteurs ADAS

Les capteurs ADAS sont souvent situés dans les parties du véhicule qui sont les plus exposées à l’environnement extérieur. Ils sont généralement logés dans les pare-chocs, les pare-brise et les rétroviseurs, tous des endroits qui peuvent facilement être touchés lors d’une collision. Dans le cas de l’ADAS, il ne suffit pas de réparer ou de remplacer ces pièces : les capteurs qui s’y trouvent doivent également faire l’objet d’une attention particulière. Par exemple, si un atelier répare un véhicule dont le pare-chocs avant est endommagé, le capteur situé à l’intérieur du pare-chocs doit être vérifié, éventuellement remplacé, puis recalibré par le réparateur pour s’assurer qu’il fonctionne correctement.

En outre, les collisions avec d’autres véhicules ne sont pas la seule raison nécessitant un recalibrage de l’ADAS. Un choc accidentel contre un bord de route, un mur, un arbre ou une tempête de grêle peut affecter les capteurs et justifier un calibrage. Même si l’impact n’entraîne qu’un décalage de quelques millimètres, il peut affecter la précision du capteur et même désactiver complètement l’ADAS.

2. Les exigences des constructeurs de pièces d’origine (OEM)

Il y a de fortes chances que si une pièce abritant un ADAS doit être remplacée, la pièce de rechange doit provenir du constructeur de pièces d’origine (OEM). Contrairement aux pièces de rechange produites en masse, les composants OEM sont fabriqués pour correspondre à un véhicule spécifique et prendre en charge la fonctionnalité du système d’aide à la conduite. Les constructeurs automobiles modifient en permanence leurs modèles, en changeant parfois de simples détails tels que la taille des vis, ce qui complique la fabrication de pièces détachées de qualité équivalente. En outre, de nombreux systèmes d’aide à la conduite sont optionnels et tous les véhicules d’un même modèle ne sont pas forcément équipés des mêmes ADAS. Par exemple, à l’extérieur, une Volkswagen Golf équipée d’un radar sous le pare-chocs avant aura la même apparence qu’une Volkswagen Golf sans radar. Mais le pare-chocs est, en réalité, différent, car il abrite un capteur avancé. Il n’est pas facile pour un atelier de carrosserie d’être préparé à faire face à tout type de modèle de voiture et d’ADAS.

La meilleure option pour un réparateur est de recourir à des pièces d’origine (plus coûteuses) pour garantir un ajustement parfait et une compatibilité avec le véhicule. La plupart des pièces d’origine nécessitent des outils de diagnostic spécifiques et des spécialistes qui maîtrisent leur maniement. Les coûts de ces réparations sont naturellement plus élevés, et tous les ateliers de carrosserie n’ont pas accès à toutes les ressources OEM nécessaires.

3. L’importance du calibrage

Une fois la réparation terminée, l’atelier de carrosserie doit s’assurer que l’ADAS est correctement aligné. Pour ce faire, il effectue plusieurs tests de calibrage. L’ADAS est conçu pour fournir un avertissement anticipé, et si le système n’est pas correctement calibré après la réparation, il y a un risque que le véhicule réagisse trop tard ou pas du tout dans une situation dangereuse.

Le processus de calibration requiert une variété de compétences et d’équipements, en fonction du type d’ADAS. Certaines procédures d’étalonnage sont assez simples, tandis que d’autres nécessitent une variété d’outils, de connaissances et de méthodes. Par exemple, les réparateurs peuvent parfois utiliser un scanner spécial pour tester l’ADAS ; dans d’autres cas, ils doivent effectuer des tests approfondis et méticuleux. Ainsi, le recalibrage dynamique nécessite de conduire la voiture pour vérifier les défauts, tandis que le recalibrage statique doit être effectué dans un environnement spécialement adapté.

Certains constructeurs ont des exigences strictes et détaillées pour le calibrage de leurs systèmes d’aide à la conduite. Afin d’être qualifiés pour calibrer ces capteurs, les ateliers de carrosserie doivent faire un investissement important dans un certain nombre d’outils et de formations.

L’inclusion d’une variété de systèmes d’assistance au conducteur hautement sophistiqués a fortement contribué à l’augmentation des coûts de réparation au cours des dernières années. Le processus d’étalonnage supplémentaire a aussi largement contribué à allonger la durée des cycles de réparation, ce qui entraîne en soi des coûts plus élevés.

 

4. Espace supplémentaire requis

La réparation et le (re)calibrage de l’ADAS entraînent des coûts supplémentaires pour les ateliers de carrosserie. L’une de ces dépenses supplémentaires concerne les installations : un espace spécial est nécessaire pour effectuer un calibrage précis de l’ADAS. Par exemple, l’atelier ne doit pas comporter de surfaces réfléchissantes et limiter l’ensoleillement pour permettre un calibrage optimal. En outre, l’espace doit être suffisamment grand pour accueillir un véhicule de toute taille. De plus, chaque constructeur dispose de règles et directives différentes concernant la surface requise pour les réparations de leurs véhicules.

Les ateliers de carrosserie doivent donc agrandir leurs installations pour être en mesure de réparer différents modèles.

 

Comment se préparer pour l’avenir

L’avancée des ADAS n’est pas qu’une tendance temporaire. La Commission européenne a introduit un règlement sur l’installation obligatoire d’ADAS dans tous les véhicules produits à partir de 2022 afin de réduire le nombre de décès et de blessures causés par des erreurs humaines. Un rapport récent de PwC prévoit que d’ici à 2030, les véhicules autonomes ne nécessitant que peu ou pas d’intervention humaine seront prédominants.

Au cours des prochaines années, le nombre de flottes équipées d’ADAS en Europe va augmenter de manière drastique. Par conséquent, les réparations complexes deviendront plus courantes et pourraient entraîner une hausse exponentielle des coûts. Les données de Fixico montrent qu’entre 2016 et 2019, le coût moyen des réparations de pare-chocs sur un véhicule avec ADAS était 44 % plus cher que sur un véhicule sans ADAS. Face à cette tendance, les entreprises doivent se préparer aux changements à venir. Voici quelques mesures que les gestionnaires de flotte ou de sinistres peuvent prendre dès aujourd’hui pour se préparer.

 

Étape 1 : Examiner les spécificités ADAS du véhicule

Connaître les spécificités et les exigences de chaque véhicule de votre flotte vous permet de réduire considérablement le temps passé à rechercher un atelier de carrosserie approprié. Ceci est d’autant plus vrai si votre parc automobile est composé de différents modèles qui nécessitent chacun une approche individuelle dans la gestion des systèmes ADAS et des pièces d’origine. Étant donné que tous les ateliers de carrosserie ne sont plus en mesure d’effectuer n’importe quelle réparation, il est essentiel pour les gestionnaires de flotte ou de sinistres de connaître les spécificités de leur flotte.

 

Étape 2 : Connaître les capacités de votre réseau

Après avoir déterminé les exigences particulières du véhicule, il est important de l’attribuer correctement à l’atelier de carrosserie le plus approprié. Les différents types de dégâts nécessitent des spécialistes différents, des outils particuliers pour les tests de diagnostic et le calibrage, une certification et un espace supplémentaire. Puisque chaque atelier ne peut pas remplir tous ces critères, savoir lequel convient le mieux vous permet d’optimiser les coûts et les temps de cycle de la réparation.

 

Étape 3 : Digitaliser le processus de gestion des réparations

Il est clair que la gestion de toutes les données concernant les véhicules et les ateliers de carrosserie peut prendre beaucoup de temps. Ceci est particulièrement vrai si vous disposez d’une flotte importante et diversifiée qui doit être exploitée au maximum de son efficacité. Les gestionnaires de flottes et de sinistres ont tout à gagner à adopter des solutions digitales au lieu de rechercher manuellement un carrossier approprié. Plutôt que d’appeler ou de se rendre chez le carrossier, de recevoir des prix non transparents et de risquer de devoir reporter la réparation, les gestionnaires peuvent digitaliser leur recherche et attribuer le véhicule au carrossier le plus approprié en un seul clic. Les systèmes avancés et les experts en dégâts de Fixico associent chaque dégât à l’atelier de carrosserie optimal, entièrement équipé pour effectuer la réparation et répondant aux besoins spécifiques de votre organisation. Notre solution de traitement des réparations a permis à nos partenaires de réduire les coûts de réparation de 29 % et les temps de cycle de 33 % en moyenne en 2020.

Un article d’opinion de Paul Verkinderen, directeur commercial Belux et France