Les employeurs et les partenaires sociaux sont actuellement en phase d’arriver à un accord sur le principe de base du budget de mobilité. Celui-ci offrirait aux travailleurs la possibilité de convertir leur voiture de société en cash. Le budget de mobilité a pour objectif premier la mobilité et non le paiement en cash. Dans l’aspect mobilité, on retrouve évidemment la voiture de société ou une combinaison d’un modèle plus petit ou moins cher avec des transports en commun, donc pas des tickets pour des voyages en avion privés. Selon les partenaires sociaux, seul serait payé en cash le montant restant après ces choix.

Cette compensation devrait aussi être rétribuée selon un tarif normal de cotisations sociales. Les détails doivent encore être retravaillés : ente autres le tarif d’imposition du budget de mobilité, l’inscription réelle des possibilités de dépenses et éventuellement les limites à ne pas dépasser en matière de remboursement en cash. Aujourd’hui dans certains secteurs, on peut opter dans son budget de mobilité pour des jours de vacances supplémentaires ou un salaire variable. En outre, il convient de s’assurer que le salaire net minimum garanti selon le secteur soit effectivement payé avec ce cash. Cela reste un enchevêtrement administratif complexe pour de nombreuses entreprises.

Pour le secteur du leasing automobile, c’est une bonne nouvelle. Si la contribution en cash est limitée dans le système du « cash for cars », cela signifie aussi que la situation où un travailleur pourra échanger sa voiture de société contre un budget en cash maximal à un taux d’imposition avantageux sera également limitée. Affaire à suivre donc…

sondageEt vous, qu’en pensez-vous? Un budget de mobilité ou du ‘cash for cars”? Répondez ici à notre sondage.