Après l’EQC et l’EQA, Mercedes s’attaque au segment des grandes berlines et vient de présenter à la presse belge et à ses importants clients fleet le futur modèle full électrique qui coiffera la gamme EQ : l’EQS. Grande première, il s’agit du premier modèle développé sur une nouvelle plateforme entièrement dédicacée aux véhicules électriques du constructeur.

Côté look, on reconnait les lignes du vaisseau amiral de Mercedes auxquelles on a ajouté les éléments caractéristiques des autres modèles EQ. Notamment cette grande calandre fermée surmontée d’un faisceau de lumière ou encore les énormes jantes. On notera aussi la possibilité d’opter pour une teinte de carrosserie bi-ton et l’incroyable coefficient aérodynamique (Cx) de 0,20, qui en fait la voiture de production la plus profilée du marché.

L’EQS est fort proche de la S ‘classique’ en termes de format : 5,22 m de long pour la version électrique, contre 5,18 m pour la Classe S, mais l’électrique y gagne largement en empattement grâce à l’absence de moteur. Tout bénéfice pour l’habitabilité, surtout aux places arrières. Autre particularité : son coffre propose une ouverture à hayon.

 

2 puissances pour jusqu’à 770 km

C’est peut-être cet aérodynamisme qui permet à l’EQS de présenter un si beau bilan en matière de performances. Deux versions sont proposées : l’EQS 450+ et l’EQS 580. La première affiche 333 ch et n’est disponible qu’en propulsion tandis que la seconde grimpe à 523 ch et est également proposée avec une transmission intégrale. La capacité des batteries varie de 90 à 107,8 kWh, ce qui permet au vaisseau électrique de parcourir entre 670 et 770 km (WLTP). Nous n’avons pas encore eu l’occasion de la tester, mais l’EQS promet de belles sensations sur la route.

 

Fleuron de technologie

Comme la Classe S a toujours été pionnière en matière de technologies, l’EQS n’échappe pas à la règle. Dans son intérieur raffiné – qui n’est pas sans rappeler l’ambiance d’un yacht -, l’EQS propose le MBUX Hyperscreen (en option). Il s’agit d’un écran incurvé en 3 parties recouvertes d’un seul et même verre. On retrouve devant le conducteur un écran reprenant les informations de conduite, un écran du même format (12,3’’) devant le passager afin de lui permettre de gérer l’ensemble des fonctions du véhicule, tandis que l’écran central de 17,7’’ reprend toutes les fonctions essentielles du véhicule. L’écran passager permet par exemple à celui-ci de regarder un film sans gêner le conducteur (grâce à un effet de filtres), tandis que l’écran central permet par exemple de commander automatiquement l’ouverture et la fermeture de toutes les portières.

 

 

Bientôt une EQE

La voiture sera disponible en showroom dès le mois de septembre, mais il est déjà possible de la commander. Mercedes espère toucher une clientèle différente de la Classe S. « Avec la Classe S, on touche plutôt des clients qui aiment se faire conduire. Ceux qui opteront pour l’EQS sont plutôt des clients qui apprécieront se positionner derrière le volant », indique Bastien Van den Moortel, PR Managers Mercedes-Benz Cars Belux. « On pense qu’elle devrait avoir un beau succès auprès des patrons de société, et notamment aussi des PME. »

A noter que Mercedes compte continuer le développement de sa gamme EQ avec l’arrivée prochaine d’une EQE, version électrifiée du format Classe E, ainsi que des versions EQ des SUV GLE et GLS.