Cette expérience illustre également que le réseau belge de chargement est encore embryonnaire et qu’il figure à la traîne par rapport à nos pays voisins. Fin 2020, notre pays comptait environ 8.500 points de recharge accessibles au public, dont moins de 500 étaient des chargeurs rapides (d’une capacité supérieure à 22 kW/h). En d’autres termes : notre pays dispose de 29 points de recharge rapide accessibles au public par 1.000 km2.

À titre de comparaison, Amsterdam compte plus de points de charge publics que l’ensemble de la Belgique ! Dans l’ensemble, les Pays-Bas disposent de 5 à 6 fois plus de chargeurs lents et rapides par habitant et par km2. Le Grand-Duché de Luxembourg compte également deux fois plus de chargeurs lents que la Belgique.

Cette situation met à mal le succès des voitures électriques et ce, juste au moment où les constructeurs automobiles choisissent de manière convaincante et ambitieuse la voie de l’électromobilité, et où la gamme de modèles se développe remarquablement et rapidement. L’intérêt des clients augmente également de façon remarquable : sur toutes les nouvelles voitures immatriculées cette année, 12,7% sont rechargeables électriquement.

Le fait que la distance moyenne parcourue par les Belges n’est que d’environ 50 km par jour – ce qui peut être couvert sans problème par n’importe quelle voiture électrique – ne constitue pas une raison suffisante pour ne pas offrir aux automobilistes la possibilité de couvrir également sereinement des distances plus longues. Nous constatons par ailleurs que de nombreux utilisateurs de voitures électriques parcourent en moyenne un kilométrage supérieur au nombre moyen de kilomètres par an de l’ensemble des automobilistes. Mais dans tous les cas, ce n’est que lorsque chaque client potentiel sera convaincu qu’il est possible, facile et économique de rouler à l’électricité que ces voitures électriques sans émissions locales rencontreront le succès escompté et nécessaire.

Le secteur automobile a pris la responsabilité de permettre cette e-volution de la mobilité. Maintenant, et sans plus attendre, des conditions essentielles telles que l’infrastructure de chargement, la sécurité d’approvisionnement et l’électricité (verte) abordable doivent être mises en œuvre sans l’ombre d’une ambiguïté.

Nous demandons au gouvernement fédéral et aux 3 régions de prendre leurs responsabilités durant cette législature pour élaborer ensemble un plan cohérent avec des objectifs concrets pour le déploiement d’un réseau adéquat de chargeurs semi-rapides (11/22kW), rapides (50 kW) et ultra- rapides (150 kW) accessibles au public sur tout le territoire, afin que les consommateurs puissent rouler sans crainte à l’électricité.

Ce plan répond à la demande du secteur automobile, des organisations environnementales et des organisations de consommateurs, qui souhaitent des objectifs contraignants dans le cadre de la révision de la directive sur les infrastructures pour les carburants de substitution. Mobia entend être un partenaire explicite dans la mise en œuvre de ce plan de chargement.