Profil conducteur

Basée sur une motorisation à essence, la voiture au CNG est très polyvalente. Elle préserve le silence de fonctionnement et les qualités d’une voiture à essence et son économie à l’usage – notamment via un coût à la pompe avantageux – en fait une sérieuse alternative au diesel pour ceux qui parcourent beaucoup de kilomètres. Si toutes les voitures CNG peuvent rouler à l’essence, prudence toutefois. Les voitures CNG conçues comme telles dès le départ n’embarquent qu’un petit réservoir (9 l) de réserve d’essence une fois le gaz épuisé… juste le temps de trouver une station. Cela peut être un problème pour les utilisateurs se rendant souvent dans des pays où le réseau de stations CNG est peu développé.

Chez nous, sous l’impulsion de plusieurs fournisseurs, dont DATS24 – la branche énergie de Colruyt Group – le réseau s’est considérablement densifié, mais n’en reste pas moins clairsemé, surtout au sud du sillon Sambre et Meuse. Notons encore que les voitures CNG restent sujettes à certaines restrictions d’accès (dans quelques parkings souterrains notamment).

 

Statistiques

Après avoir multiplié ses ventes par six entre 2015 et 2018, passant de 656 à 3.987 immatriculations, le CNG semble moins séduire, puisque les données 2019 indiquent 3.504 mises à la route, soit à peine 0,6% du marché. Une proportion qui devrait rester stable en 2020 si l’on en croit la tendance après dix mois. La faute, entre autres, à une raréfaction d’une offre déjà peu fournie.

Depuis le 1er janvier, la Flandre a également supprimé l’exonération de taxes dont profitaient jusqu’alors les voitures CNG. Les chiffres pourraient toutefois repartir légèrement à la hausse cette année, avec l’arrivée de plusieurs modèles du Groupe Volkswagen. Volkswagen Golf, Audi A3, Skoda Octavia et Seat Leon devraient dynamiser l’offre. En revanche, la fusion du groupe FCA (Fiat) et de PSA n’augure rien de bon pour les modèles Fiat CNG lorsqu’on sait le peu d’intérêt qu’y porte le groupe français. Mais peut-être l’appétit du marché italien pour le gaz naturel parviendra-t-il à convaincre les responsables français ? Affaire à suivre.

 

Côté fiscalité