Le confinement complet du printemps, le télétravail, l’interdiction des déplacements non essentiels, la fermeture obligatoire de l’horeca et du secteur de la culture. Ce sont autant de facteurs qui nous ont amenés à moins se déplacer (en voiture) l’année dernière. Chaque mois, l’asbl Car-Pass traite plus d’un million de relevés de kilométrage de l’ensemble du parc automobile belge. Cela a permis à l’association d’analyser le comportement de mobilité des Belges et d’examiner comment la crise Covid19 a affecté le nombre de voitures-kilomètres.

Méthode

Pour tous les véhicules pour lesquels l’asbl Car-Pass a enregistré un kilométrage au cours d’un certain mois, le nombre annuel de kilomètres parcourus est calculé sur la base des relevés de compteur précédents. Ce chiffre est comparé aux mêmes statistiques de l’année précédente. Pour pouvoir effectuer un calcul fiable, il faut disposer de suffisamment de données bien réparties du véhicule. Cette méthode peut conduire à une légère surestimation des résultats car il y a moins de données disponibles pour les véhicules qui roulent moins. Comme les chiffres du mois de décembre sont basés sur 919 986 observations, on peut bien admettre qu’ils donnent une image fidèle de la réalité.

Résultats

La conclusion principale ne devrait pas nous surprendre. Les chiffres de décembre 2020 montrent que la voiture moyenne avait parcouru 13 965 km l’année dernière, soit 4 246 km de moins qu’en 2019.

Le graphique ci-dessous montre l’évolution mois par mois.

page1image1149747472

Durant les trois premiers mois de l’année, le kilométrage annuel moyen ne diffère guère de celui de 2019. Lorsque l’activité reprend en mai, nous constatons immédiatement l’effet du confinement. Les véhicules qui passent alors dans les ateliers (par exemple pour le montage des pneus d’été) ont parcouru en moyenne 2 205 km de moins par an qu’en mai 2019. Cette moyenne annuelle continue à diminuer progressivement mois après mois. En décembre, nous constatons à nouveau un déclin plus marqué, qui a sans doute été causé par le deuxième confinement (partiel) en novembre. Une voiture a parcouru en moyenne 13 965 km en 2020, soit une diminution de 4 246 km par rapport à 2019. On peut également conclure que plus de la moitié de cette baisse est due au confinement du printemps.

Pour les véhicules utilitaires légers, la diminution de 1 775 km est nettement moins prononcée. En 2020, ils ont parcouru en moyenne 18 784 km (-8,6 %).

Si nous classons les véhicules en fonction de la norme de pollution à laquelle ils répondent, une image intéressante se dégage. Il n’est pas surprenant de constater que plus le véhicule est jeune, plus il est utilisé. Un véhicule Euro 6 (immatriculé à partir de 2015) parcourt deux fois plus de kilomètres par an qu’un véhicule Euro 3 (immatriculé entre 2001 et 2005). Mais plus le véhicule est jeune, plus la baisse du kilométrage due à la crise de la Corona est importante, comme le montre clairement le graphique.

page2image1073093360

Alors qu’une Euro 6 couvrait encore 23 599 km en moyenne par an en 2019, en 2020, ce chiffre n’était que de 17 957. Une différence de 5 642 km. Pour une Euro 3, la moyenne est passée de 10 915 à 8 651 km (-2 264 km). On constate que le graphique des Euro 5 et 6 continue de baisser au second semestre, tandis que celui des anciennes Euro 3 et 4 reste stable. Cela semble être l’effet du télétravail. Après tout, les télétravailleurs ont souvent une (jeune) voiture de société à leur disposition.