Côté pile (bilan routier)

Le Duster de 2e génération est arrivé courant 2018. La planche de bord reste fort «plastique» et sombre, mais les matériaux sont bien assemblés et l’équipement n’est plus aussi rudimentaire qu’avant. À l’arrière, malgré un gabarit extérieur relativement réduit, la place ne manque pas. Grâce à une bonne couche d’isolants et des vitres plus épaisses, le niveau sonore a aussi baissé. Un bon point également pour le confort de la suspension, qui gobe les trous avec délicatesse. Et la garde au sol de 21 cm permet de s’aventurer hors des chemins battus. Par contre, toujours pas de freinage automatique d’urgence sur ce modèle.

Sous le capot, tous les moteurs ont un turbo. En essence, on trouve le petit 1.0 TCe de 90 ch, souple et disponible. Dacia l’a extrapolé en version LPG d’usine Eco-G 100. Le Duster a également droit au 1.3 turbo à 4 cylindres développé avec… Mercedes, délivrant 131 ou 149 ch, les deux variantes pouvant être associées à la transmission intégrale par coupleur piloté. Les gros rouleurs préféreront les Diesel 1.5 dCi 95 ou 115 ch. Une transmission intégrale est proposée, mais la boîte automatique est indisponible, quel que soit le moteur.

Côté face (fiscalité)

Découvrez la fiscalité de ce modèle via le calculateur d’OTOTO.

Via le lien suivant, il vous suffit d’encoder la région d’immatriculation de votre véhicule et le code postal pour obtenir une fiche fiscale complète.

Galerie photos