Côté pile (bilan routier)

La Ford Puma est de retour, mais cette fois sous la forme d’un petit SUV. L’habitabilité est correcte et le coffre est généreux : 456 litres (mais environ 50 de moins en version hybride). Il s’offre même un joker, avec sa «Megabox»: ce bac en plastique creusé sous le plancher permet d’embarquer à la verticale des objets mesurant jusqu’à 1,15 m de haut (plantes, sacs de golf, etc.). Et ce bac peut être lavé au jet d’eau car il dispose d’un bouchon d’évacuation. Mais l’habitacle de cette Ford semble un peu tristounet et on déplore quelques plastiques bas de gamme. Heureusement l’équipement est très riche dès le premier.

Basé sur la Fiesta, le  Puma est le SUV plus dynamique de son segment, grâce à un train avant tranchant et un équilibre joueur. Dommage qu’il faille payer ces qualités en confort, les suspensions étant un peu raides.

Sous le capot, on trouve le bloc Diesel de 120 ch, ainsi que trois déclinaisons du pétillant 3-cylindres 1.0 turbo à essence de 95, 125 ou 155 ch. Les deux plus puissants adoptent (avec la boîte manuelle uniquement) un système de micro-hybridation (mHEV). Et, unique dans le segment, le Puma se décline aussi en variante sportive ST, à moteur 1.5 Turbo de 200 ch et châssis retravaillé.

 

Côté face (fiscalité)

Découvrez la fiscalité de ce modèle via le calculateur d’OTOTO.

Via le lien suivant, il vous suffit d’encoder la région d’immatriculation de votre véhicule et le code postal pour obtenir une fiche fiscale complète.

Galerie photos