Chaque année, le nombre de victimes sur les routes européennes diminue grâce à des voitures mieux équipées en termes de systèmes de sécurité et de connectivité. La réduction du nombre d’accidents et, par conséquent, des dommages physiques et matériels, a-t-elle également un impact positif sur le TCO des flottes de véhicules ?

Guido Savi, Public Affairs chez Febiac Luxembourg : “Au cours de la période 2010 – 2019, le nombre de morts sur la route en Europe a diminué de -23%. Les causes de ces accidents sont la vitesse excessive, la consommation d’alcool et le non-respect du code de la route. Les accidents se produisent principalement dans les agglomérations – 58% – alors que les autoroutes ne représentent que 9% des statistiques d’accidents“.

L’avenir du secteur automobile réside dans la numérisation. Les voitures actuelles ont déjà plus de 800 capteurs à bord, prêts pour l’exploration des données. La possibilité d’envoyer des flux de données (connectivité) est idéale pour contrôler un large éventail d’applications, y compris les systèmes de sécurité.

La “connectivité” peut être divisée en trois groupes d’applications :

  • l’info-divertissement, par exemple les services de musique en ligne ;
  • La télématique, par exemple le WiFi dans la voiture, services dans le cloud, GPS
  • V2X, communication entre les véhicules, infrastructure routière, etc.

 

Équipements de sécurité dans la voiture

  • Passif – dans le passé, l’accent était principalement mis sur ce point
    • Ceintures de sécurité
    • Airbags
    • Appuie-tête
    • Zones de froissement
  • Actif – se concentrer sur le développement de nouveaux systèmes
    • ABS
    • ESP
    • CES
    • Frein d’urgence automatique
    • Assistant de voie
    • Aide à l’angle mort

La combinaison d’équipements de sécurité passive et active rend les voitures modernes très sûres. Les données recueillies auprès des véhicules sont utilisées pour analyser la situation du trafic sur les routes ou alors les tronçons de route dangereux afin de mettre en œuvre des mesures proactives pour accroître la sécurité. Par exemple, des conclusions peuvent être tirées de l’activation supérieure à la moyenne de l’ABS ou de l’ESP sur un tronçon de route particulier.

La gestion des données fournit également des informations aux législateurs lorsqu’ils décident d’imposer de nouveaux équipements de sécurité dans les véhicules.

 

15 nouveaux éléments de sécurité en préparation

Entre 2022 et 2026, l’Europe imposera une quinzaine d’éléments de sécurité supplémentaires lors de l’homologation des nouveaux modèles.

  • Pour les voitures :
    • Avertissement de franchissement de ligne
    • Freinage automatique d’urgence pour éviter les collisions avec les voitures, les cyclistes et les piétons
    • Extension de la zone de protection autour de la voiture pour les cyclistes et les piétons – toujours en discussion
  • Pour les voitures, les camionnettes, les camions et les bus :
    • Avertissement de somnolence et de fatigue
    • Contrôleur d’alcoolémie avec verrouillage du volant en cas de dépassement de la valeur maximale autorisée
    • ISA (Intelligent Speed Adaptation) – toujours en cours de discussion
    • Détection de marche arrière avec caméra et capteurs
    • Signaux d’arrêt d’urgence
    • Enregistrement des données d’accident (boîte noire dans la voiture)
    • Surveillance de la pression des pneus
  • Pour les poids lourds et les bus
    • Amélioration de la vision directe pour les conducteurs de bus
    • Élimination des angles morts
    • Détection des piétons et des cyclistes dans les virages

 

Équipements de sécurité et TCO

Steven Mertens, consultant – expert en assurance chez Fleet 360 : “90% des accidents sont le résultat d’une erreur humaine. Cela signifie plus de 20.000 morts et 135.000 blessés graves sur les routes européennes chaque année“.

Les systèmes avancés d’aide à la conduite (ADAS) contribuent de manière significative à la réduction du nombre de victimes d’accidents de la route.

ADAS peut intervenir de manière préventive :

  • État du conducteur
  • Une situation de trafic non conflictuelle
  • Situation conflictuelle en matière de trafic

ADAS en cas d’accident inévitable

  • Prétendeurs de ceinture de sécurité
  • Fermer les fenêtres
  • Appel d’urgence électronique pour les services d’alerte

Les collisions par l’arrière, qui représentent une part importante des statistiques d’accidents, peuvent être réduites de moitié grâce aux systèmes ADAS. Pour les collisions par l’arrière, l’ADAS peut réduire le nombre de sinsitres de -78%.

ADAS n’est pas fiable à 100%. Le mauvais temps, l’obscurité et l’état des marquages routiers peuvent affaiblir ou empêcher son fonctionnement optimal. Il peut y avoir des défauts dans les technologies et le piratage ne peut être exclu.

Les conducteurs doivent acquérir des connaissances sur le fonctionnement et l’utilisation des équipements de sécurité afin d’en tirer le meilleur parti possible. La gestion du parc automobile peut inciter les utilisateurs à choisir des équipements de sécurité. Une formation individuelle basée sur l’analyse des conducteurs pourrait être envisagée.

 

Équipements de sécurité et impact sur le TCO de la flotte

Bart Vanham, responsable de Fleet 360 : “Il y a encore peu de chiffres disponibles étant donné qu’il s’agit d’un domaine relativement nouveau.

  • Un ensemble complet d’aides à la conduite active coûte en moyenne 2.500 euros
  • Amortissement de 35 euros/mois sur un contrat de leasing de 48 mois / 30 000 km
  • Option de prévention séparée contre les coûts les plus courants des collisions par l’arrière +/- 800 euros
  • Amortissement de 11 euros/mois sur un contrat de leasing de 48 mois / 30.000 km

Le nombre d’accidents diminue, mais les coûts de réparation augmentent. Quelques exemples pour la période 2009 – 2017 :

  • Phare + 106%.
  • Miroir + 106%
  • Pare-brise + 30%
  • Coût moyen des réparations +17%

Les avantages mesurables des équipements de sécurité et des ADAS en particulier sont une diminution du nombre d’accidents, une réduction des coûts des dommages et donc, en principe, une réduction des primes d’assurance“, déclare Bart Vanham. “Non mesurables sont les souffrances en cas de décès, dans une moindre mesure aussi l’absentéisme dû à un accident…”.

Les économies potentielles pour le TCO s’élèvent à 150 euros/an, mais le coût pour un équipement ADAS complet s’élève à 420 euros par an. “Il est possible d’obtenir un meilleur retour sur investissement en analysant les statistiques de sinsitres au sein de la flotte et entamer une formation ciblée pour les conducteurs à haut risque“, conclut Bart Vanham. “Les conducteurs à haut risque ou ceux qui ont 2 sinistres ou plus par an, représentent en moyenne ≤10% des conducteurs. En les ciblant, une réduction de 50% des coûts de réparation est envisageable“.