Le nouveau règlement fera encore l’objet d’un suivi. Un report est possible si, d’ici 2029, l’infrastructure de recharge est insuffisante ou si l’offre de véhicules électriques est trop faible ou trop chère par rapport aux motorisations fossiles classiques. Le règlement proposé précédemment pour les voitures d’occasion a été abandonné.

La fédération de la mobilité Mobia a quelques doutes sur la faisabilité du plan et appelle à une planification réaliste et coordonnée. La nouvelle proposition crée une ambiguïté et une incertitude supplémentaires pour les entreprises et les particuliers. Après tout, la proposition ne s’applique qu’à la Flandre et le calendrier n’est pas conforme à celui de l’Union européenne, qui ne propose d’autoriser la vente de voitures n’émettant que 0 gramme de CO2 à partir de 2035.

En outre, tout véhicule mis sur le marché dans l’Union européenne, quelle que soit sa motorisation, est homologué par l’UE et peut en principe être vendu dans n’importe quel État membre sans restriction. La Norvège a déjà annoncé son intention de ne plus immatriculer de véhicules à moteur fossile à partir de 2025. Pour éviter de trop grandes différences entre les pays de l’UE, une certaine coordination semble souhaitable.

Michel Willems

MOBILITAS