Pendant la crise Covid-19

Avec la fermeture des usines et des bureaux , mais aussi l’obligation de travailler depuis la maison là où c’est possible, un grand nombre de voitures de société sont restées immobilisées ces dernières semaines, ne parcourant dès lors que quelques dizaines de kilomètres/semaine. Il en résultera, bien entendu, un écart considérable par rapport au nombre de kilomètres budgétisés et, pour les voitures louées à long terme, un remboursement des kilomètres parcourus en moins, ou alors, un recalcul du contrat. Une réduction du nombre de kilomètres parcourus va de pair avec une réduction des coûts d’usage, avec, comme cerise sur le gâteau, une baisse historique des prix des carburants qui ne résulte pas seulement de la diminution de la demande, mais aussi d’un conflit commercial entre les pays producteurs de pétrole.

Pour les gestionnaires de parc, ce phénomène signifie évidemment, à court terme, une diminution de leur TCO. Le montant du loyer sera adapté, les frais de carburant diminuent et les dépenses rejetées sur le loyer et la consommation suivront la même courbe.

Cette tendance est donc plus que bienvenue à court terme, car le chiffre d’affaires et les bénéfices de la plupart des entreprises sont également affectés par le ralentissement économique. Malheureusement, cet effet ne semble toutefois que temporaire, ce qui soulève la question suivante : que faire après la crise ?

Après la crise Covid-19

En sortant du confinement, nous verrons clairement comment l’économie se redresse. Ce faisant, les gestionnaires de flotte doivent répondre à une situation sans précédent pour laquelle il n’existe pas de feuille de route.

Bien que les principes ne changent pas et que la composition du Total Cost of Ownership ne change pas, le poids de certaines de ses composantes peut évoluer.

Par exemple, la situation actuelle dans laquelle de nombreuses entreprises ont opté pour le télétravail pourrait devenir la norme plutôt que l’exception. C’est du moins l’espoir de beaucoup. Notamment de ceux qui devaient, autrefois, supporter les embouteillages quotidiens sur les trajets de et vers le bureau.

Si un plus grand nombre de salariés peuvent travailler plus souvent à domicile, ou à partir d’espaces de co-working, cela aura un effet positif sur les embouteillages, mais réduira également le nombre de kilomètres parcourus. Le fait que cela réduit non seulement le stress, mais aussi les accidents et les dépenses de carburant est également pris en compte. Le TCO en bénéficiera également, car moins de kilomètres signifie également un loyer moins élevé.

Une extension du télétravail est une situation réaliste qui peut parfaitement se perpétuer. Et même si la baisse des prix du carburant n’était que temporaire et augmenterait à nouveau lorsque l’économie reprendrait et que les conflits entre les producteurs de pétrole seraient résolus, le TCO de la flotte restera probablement plus faible qu’auparavant en raison du nombre réduit de kilomètres parcourus.

Quid de l’électrification?

Ces derniers mois, de nombreux gestionnaires de parcs automobiles se sont sans doute demandé si le passage souhaité et soutenu par le gouvernement aux voitures électriques ou hybrides rechargeables valait encore la peine. Avec les prix actuels du carburant, cette question n’est pas injustifiée, mais elle ne devrait avoir qu’un effet temporaire car les avantages fiscaux des voitures (semi-)électriques rendent encore souhaitable le passage à des voitures “à faibles émissions” pour certaines situations d’utilisation. L’obligation européenne pour les fabricants de ne pas émettre plus de 95 g de CO2 /km en moyenne doit également être prise en compte. Ce qui les amènera à tout mettre en œuvre pour rendre leurs modèles électriques et hybrides rechargeables aussi avantageux que possible.

Si l’on combine tout cela, la réduction du nombre de kilomètres parcourus grâce à la généralisation du télétravail signifie également qu’un plus grand nombre de conducteurs pourront bénéficier d’une voiture électrique ou hybride rechargeable qui, dans le cas de la recharge, pourra également rouler beaucoup plus souvent en mode purement électrique. Une fois de plus, il en résultera une réduction du TCO et – pour des raisons de commodité – un ATN plus faible pour l’utilisateur.