Yves Ceurstemont, responsable de l’Arval Mobility Observatory : « Malgré l’impact de la crise du Covid-19, les entreprises continuent à investir dans l’écologisation de leur flotte. 4 entreprises sur 10 prévoient même d’étendre leur flotte. En outre, le Covid-19 a clairement donné lieu à une vision plus large de la mobilité. Aujourd’hui, près de 9 grandes et moyennes entreprises sur 10 proposent une ou plusieurs solutions de mobilité alternative, comme le vélo. Enfin, 75 % des gestionnaires de flotte belges interrogées ont déjà ou prévoient d’avoir des véhicules électriques dans leur flotte dans les trois prochaines années. »

# 1 – Une offre de mobilité plus large et pour plus de collaborateurs

Les entreprises recherchent clairement des modes de transport (individuels) sûrs pour tous leurs employés. Dans le même contexte, le vélo (électrique) continue à s’imposer. En ce qui concerne le budget mobilité, 74% des moyennes et grandes entreprises utilisant ou ayant l’intention d’utiliser le budget mobilité dans les trois prochaines années, indiquent toujours qu’elles s’attendent à ce que les conducteurs de véhicules de société soient intéressés par un budget mobilité en complément de leur véhicule de société. En revanche, les entreprises de moins de 100 salariés sont nettement plus réservées dans leurs ambitions de mobilité, également par rapport à la référence européenne.

De plus, 73% des entreprises interrogées indiquent qu’elles vont introduire ou développer le travail à domicile pour les salariés, soit une augmentation de 16 points par rapport à 2020. En moyenne, ils supposent près de 3 jours de travail à domicile par semaine. C’est en partie pour cette raison qu’ils s’attendent à ce que le nombre de kilomètres parcourus par les véhicules de société diminue de 36%. Ici aussi, les grandes entreprises ont des ambitions plus élevées que les plus petites.

# 2 – Electrification accélérée des flottes de véhicules de société

Près de 45% des entreprises belges interrogées indiquent avoir dans leur flotte déjà des véhicules électriques. Cela comprend des véhicules hybrides (HEV), hybrides rechargeables (PHEV) ou électriques (BEV). D’ici trois ans, cette part passera à 75%. Ces deux chiffres correspondent également à la moyenne européenne. Là encore, les entreprises de plus de 100 salariés ont pris les devants avec plus de 60% d’implémentation aujourd’hui, passant à 85% en 3 ans. Les petites entreprises (jusqu’à 10 salariés) sont aujourd’hui électrifiées à 28% et s’attendent, comme dans le reste de l’Europe, à augmenter à plus de 55% dans les 3 prochaines années. Les entreprises de 10 à 100 salariés atteignent aujourd’hui près de 30%, mais se préparent à un mouvement de rattrapage qui devrait les amener à 82% d’ici 3 ans.

Les technologies les plus populaires actuellement sont les hybrides et les hybrides rechargeables. Celles-ci sont utilisées respectivement par 32% et 30% des entreprises interrogées. Pour la voiture électrique, il s’agit de 24% mais on s’attend à ce que cela passe à 54% vers 2024. De plus, les entreprises indiquent que d’ici trois ans, 29% des véhicules particuliers et 26% des véhicules utilitaires légers de leurs flottes devraient être entièrement électriques. Pour cette dernière catégorie, le nombre d’entreprises qui comptent implémenter des BEV dans un futur proche est passé de 44% à 56%. Ici aussi, nous remarquons des signes de confiance croissante dans l’applicabilité des BEV.

Pour motiver davantage l’électrification de leurs flottes, les entreprises belges citent plus que leurs collègues européens les aspects suivants :

  • les avantages fiscaux ;
  • l’amélioration de l’image de l’entreprise ;
  • l’accès aux zones à faibles émissions (LEZ) ;
  • le Total Cost of Ownership (TCO) égal ou inférieur à celui des véhicules à moteur thermique.

En outre, dans ce baromètre, nous remarquons que les obstacles traditionnels à la mise en œuvre des BEV dans les flottes d’entreprises, tels qu’un coût d’achat plus élevé, le manque d’infrastructures de recharge à domicile ou au bureau, jouent un rôle moins important qu’auparavant. Seul le manque d’infrastructures de recharge publiques adéquates est un obstacle que citent nos entreprises belges plus souvent que celles dans d’autres pays.

# 3 – Flottes en croissance et potentiel de location opérationnelle

Malgré l’impact de la crise du Covid-19, nos entreprises se montrent optimistes quant à l’avenir de leur flotte. Une entreprise interrogée sur dix s’attend à ce que le nombre de véhicules dans le parc de l’entreprise diminue mais le nombre qui s’attend à ce que son parc augmente est quatre fois plus important. Ce ratio est pratiquement identique pour toutes les tailles d’entreprises. Voici les principales raisons pour cette croissance attendue :

  • l’expansion des activités existantes ou le démarrage de nouvelles activités dans l’entreprise ;
  • la mise en place d’un programme d’échange de salaires pour les véhicules de société ;
  • la politique RH : proposer des véhicules de société à plus de postes dans la «guerre des talents».

En outre, près de deux tiers des entreprises interrogées indiquent avoir l’intention d’utiliser ou d’étendre la location opérationnelle comme forme de financement des véhicules de société dans les trois ans. Dans le contexte actuel d’une transition vers un mix énergétique plus varié et une mobilité alternative, les entreprises voient plus que jamais des avantages majeurs dans le rôle de conseil et l’approche pratique du Total Cost of Ownership (TCO) qu’adopte les sociétés de leasing.