Tendance grandissante

En 2011, quelques 300 voitures électriques avaient été vendues dans notre pays. L’année suivante, en 2012, le chiffre des ventes avait presque triplé, avec une augmentation de 182 %. En terme de croissance relative, c’était l’année la plus marquante.

En chiffres absolus, 2019 a à nouveau été une année record. Les chiffres de ventes ont augmenté de ‘seulement’ 55%, mais avec 19.191 immatriculations contre 12.417 en 2018, cela faisait une augmentation de 6.770 unités. La popularité de la voiture électrique croit clairement. En raison d’une série d’avantages et d’inconvénients spécifiques, le VE ne convient pas à tout le monde. Mais il convient à davantage de conducteurs que ce que la plupart des gens pensent.

L’empreinte écologique de voiture électrique

Parfois, le véritable mérite écologique de la voiture électrique est remis en question. Il est vrai, bien sûr, que la manière dont l’énergie du système de propulsion est produite pèse sur le rapport environnemental du VE. Néanmoins, on peut généraliser en disant qu’une voiture électrique est toujours plus respectueuse du climat qu’une voiture traditionnelle à moteur à combustion interne. Dans l’Union Européenne, lorsqu’une batterie est chargée avec du courant standard – c’est-à-dire du courant produit à base d’énergie fossile – la voiture électrique produit encore 42 % de CO2 en moins qu’une petite voiture à essence.

Cependant, la production d’une voiture électrique émet plus de CO2 que celle d’une voiture conventionnelle, notamment lors de la fabrication des batteries. Le VE doit donc compenser cela pendant le reste de sa vie en émettant beaucoup moins de CO2. Si on utilise que du courant fossil pour la recharge, les émissions plus élevées pendant la production sont compensées après une moyenne de deux ans. Dès lors, un VE est plus favorable au climat qu’une voiture à moteur à combustion interne. Mais on peut encore faire mieux : si seule de l’électricité provenant de sources renouvelables est utilisée pour la recharge, le point de basculement est déjà atteint au bout d’un an à un an et demi.

En Belgique, une voiture dure en moyenne 11,4 ans. Cela signifie qu’une voiture électrique est meilleure pour le climat pendant 9 à 10 ans qu’un modèle équipé d’un moteur à combustion interne.

En attendant, l’industrie n’est pas non plus au point mort. De nombreux constructeurs investissent massivement dans le développement de voitures électriques et s’efforcent de réduire drastiquement la consommation d’énergie et les émissions de CO2 en phase de production. La “période de compensation” sera donc réduite à l’avenir.

L’électricité belge est-elle vraiment verte ?

En matière d’énergie produite à partir de sources renouvelables, la Belgique est à la traîne depuis longtemps. En 2000, la part des sources renouvelables dans notre production d’électricité était de… 0 %. Heureusement, au cours des 20 dernières années, elle a augmenté rapidement, pour atteindre près de 20 % aujourd’hui. Dans le même temps, un scénario d’extinction a été élaboré pour l’énergie nucléaire et le charbon a été éliminé depuis longtemps.

Pourtant, une grande partie de l’électricité est encore produite à partir de combustibles fossiles tels que le gaz naturel. En fait, au cours des 20 dernières années, leur part dans notre bouquet énergétique est passée de 24 à 37 %. Heureusement, l’augmentation de l’énergie provenant de sources renouvelables est encore plus forte. Il y a de fortes chances que 2020 soit une année charnière au cours de laquelle la part des combustibles fossiles dans notre bouquet énergétique diminuera pour la première fois.

Avantages pour l’environnement : pas que le CO2

Plus les émissions de gaz à effet de serre sont faibles, mieux c’est pour le climat. Le gaz à effet de serre le plus connu est le CO2. Nous avons déjà établi que la voiture électrique produit jusqu’à 40 % de CO2 en moins lorsqu’elle est utilisée qu’une voiture diesel ou à essence.

Mais un VE est également meilleur pour la santé publique (qualité de l’air et pollution sonore). En plus des gaz à effet de serre, qui contribuent à perturber le climat mondial, les moteurs à combustion interne produisent de nombreuses autres substances toxiques pour l’homme et la nature. Ils provoquent de graves problèmes de santé tels que des cancers, des maladies pulmonaires et cardiaques et des naissances prématurées. L’environnement souffre également des émissions provenant de la combustion des carburants fossiles. Par exemple, les émissions d’ozone peuvent causer des dommages aux cultures, qui à leur tour affectent la production de notre secteur agricole.

Selon une étude de la VUB, les voitures électriques sont 8 fois moins nocives pour la santé humaine que les diesels et 3 fois moins nocives que les voitures à essence si l’on tient compte de toutes les émissions. L’étude a porté non seulement sur les émissions de gaz d’échappement, mais aussi sur la production de particules due à l’usure des freins et des pneus. En effet, les voitures électriques ne sont pas totalement exemptes d’émissions, car elles les pneus et les freins s’usent également.

Pour que tout reste clair et comparable, le gouvernement flamand a conçu un Ecoscore pour les voitures. C’est une échelle de référence pour l’impact environnemental et climatique d’un véhicule. L’Ecoscore prend en compte l’émission de la voiture, mais aussi l’impact environnemental de la production et de la distribution du carburant ou de l’électricité. Cela permet de confirmer une fois de plus que les voitures électriques atteignent invariablement un Ecoscore plus élevé que les voitures conventionnelles.

Les hybrides encore plus populaires

Selon Statbel, 5.889.210 voitures personnelles circulaient sur les routes de notre pays en 2019. 3 millions étaient équipées d’un moteur diesel, soit à peu près 200.000 de moins qu’en 2018. Le nombre de voitures essence a augmenté de 190.000 exemplaires. Une forte croissance a été enregistrée dans le segment électrique, mais seulement en termes relatifs.

En chiffre absolu, le parc automobile belge compte seulement 0,5% de voitures full électriques (15.000 voitures), tandis que les hybrides comptent un peu plus de 110.000 exemplaires. Bien sûr, cela est également dû à la très large couverture du terme “hybride” : des hybrides légers, qui ne peuvent jamais se déplacer de manière purement électrique et n’utilisent leur moteur électrique qu’à titre d’appui, aux hybrides rechargeables (rechargeables sur une prise), en passant par les hybrides “normaux”, dont la batterie n’est rechargée qu’en roulant sur la puissance du moteur à combustion. La part de marché des hybrides est ainsi répartie sur un groupe de modèles assez large et hétérogène.

Dans ce groupe, l’hybride rechargeable fera obstacle à la véritable percée de la voiture électrique. Un hybride rechargeable bénéficie souvent des mêmes avantages fiscaux qu’un VE, mais comme il y a toujours un moteur à combustion interne, il est “plus confortable” pour de nombreux clients : peu importe si vous ne trouvez pas de point de recharge.

Bornes de recharge en Belgique

Cependant, la crainte de ne pas trouver de point de recharge n’est pas si fondée aujourd’hui. Le nombre de points de recharge en Belgique a fortement augmenté ces dernières années. En 2018, le nombre de bornes a augmenté de 72 % et en 2019, près de 111 % de points de recharge supplémentaires ont été ajoutés.

Aujourd’hui, on dénombre plus ou moins 9.500 bornes sur le territoire belge et ce chiffre continue à grimper. On ne parle pas seulement des bornes publiques qui, avec 2.500 unités ne représentent que 26% de la totalité. Dans notre pays, on compte surtout des bornes sur les sites d’entreprises (4.500) et chez des particuliers (2.500). L’ambition qu’avait notre pays de disposer d’au moins 21.000 bornes sur le territoire en 2020 semble utopique, mais leur nombre va tout de même continuer à augmenter.

La majorité des bornes se trouve dans le province de Flandre-Orientale, avec plus de 580 points. Seule la région de Bruxelles-Capitale est en mesure d’assurer avec plus de 500 bornes. La Flandre-Occidentale, le Brabant Flamand et le Limbourg font tous moins bien. Dans les autres provinces, on compte moins de 100 bornes sur l’ensemble de leur territoire et là, il y a encore du pain sur la planche.

Recharger à la maison

Le manque d’infrastructure est moins problématique pour ceux qui peuvent recharger à la maison. Cela peut se faire avec une station de recharge spécifique (qui coûte généralement environ 1 000 euros) ou avec un connecteur mobile qui se branche sur une prise de courant domestique et qui est généralement livré avec la voiture. Il suffit d’éviter de brancher le connecteur du mobile sur une prise qui est en circuit avec d’autres gros consommateurs (machine à laver, lave-vaisselle, sèche-linge, plaque de cuisson).

Recharger à la maison est, en outre, la meilleure façon de rouler écologique, puisque vous pouvez opter pour un fournisseur d’énergie verte. De cette manière, vous savez exactement quelle énergie vous rechargez, ce qui n’est pas toujours le cas lorsque vous rechargez sur une borne publique.

Panneaux solaires

Ce qui est encore mieux, c’est de pouvoir produire votre propre électricité à partir d’une source d’énergie renouvelable. De cette manière, les coûts finaux sur une longue période sont aussi bas que possible, et il n’est guère possible d’être beaucoup plus respectueux du climat.

La façon la plus écologique de produire votre propre électricité verte est d’utiliser des panneaux solaires. Bien que les avantages fiscaux aient été supprimés, ces panneaux photovoltaïques constituent une solution intéressante en raison de leur période de remboursement de 7 à 8 ans (en fonction, entre autres, de leur propre consommation d’électricité). Une installation complète coûte en moyenne 6 000 euros et il existe des formules de prêt avantageuses avec le soutien des gouvernements régionaux de notre pays. Bien sûr, le rendement électrique ne sert pas seulement à la voiture électrique, car les panneaux solaires fournissent de l’électricité pour toute la maison.

Percée en 2020?

Avec la réforme de la fiscalité des voitures de société au début de cette année, les voitures électriques et hybrides rechargeables sont devenues tellement plus intéressantes en termes de TCO que les modèles à moteur à combustion qu’elles ont de bonnes chances de faire une percée, en particulier dans le monde des flottes. Le fait que la plupart des Belges préfèrent un véhicule hybride rechargeable à une voiture entièrement électrique est principalement dû au confort psychologique d’un moteur à combustion interne comme solution de secours lorsqu’il n’y a pas de possibilité de recharge, alors que les VE sont généralement légèrement plus chers. Cette année, cependant, de nombreux fabricants lancent une gamme de modèles électriques plus abordables, avec un large rayon d’action. Et la crainte de ne pas pouvoir recharger est souvent infondée : une station de recharge à la maison ou au travail devrait suffire au belge moyen pour ses déplacements habituels. Les mérites écologiques de la voiture électrique avaient déjà été prouvés depuis un certain temps, mais maintenant les objections pratiques à la conduite électrique disparaissent également de plus en plus.

Richard De Jong – Oponeo.be