Côté pile (bilan routier)

Lancé en 2018 et restylé pour 2021, l’E-PACE ne doit pas être confondu avec la Jaguar électrique I-PACE… Ce petit SUV repose sur la base technique des Range Rover Evoque et Land Rover Discovery Sport, dont la plateforme en acier est moins coûteuse que le châssis en aluminium du grand F-Pace. Dans ses versions à deux roues motrices, ce modèle est donc animé par ses roues avant. À l’intérieur, la position de conduite surélevée nous fait dominer la route. Et l’imposante console centrale crée une ambiance de bord originale. L’habitabilité arrière se montre généreuse, mais le tunnel central est encombrant.

Le petit SUV Jaguar repose sur une suspension d’origine plutôt ferme, mais un amortissement piloté est proposé. En conduite dynamique, cette «baby-Jag» haute sur pattes se montre efficace et agile, bien qu’elle soit cependant un peu moins vive qu’une BMW X2, il est vrai plus basse de toit. La gamme à essence débute avec le tricylindre 1.5 de 165 ch, suivi des 2 litres de 200 et 249 ch. Le 2 litres Diesel se décline lui en 165 et 204 ch. Seules les versions d’entrée de gamme sont des tractions, les autres disposent d’office d’une transmission intégrale. C’est le cas de l’hybride plug-in P300e de 309 ch, qui peut théoriquement parcourir 55 km en électrique. Cette hybride est déductible à presque 100% pour les indépendants.

 

Côté face (fiscalité)

Découvrez la fiscalité de ce modèle via le calculateur d’OTOTO.

Via le lien suivant, il vous suffit d’encoder la région d’immatriculation de votre véhicule et le code postal pour obtenir une fiche fiscale complète.

Galerie photos