Les premiers moteurs essence et diesel à apparaître seront équipés de générateurs de démarrage intégrés à la boîte de vitesses, ce que l’on appelle la transmission mild hybrid. Pour cela, la Classe C dispose d’une alimentation embarquée de 48V. Le mild hybrid délivre 15kW (une bonne vingtaine de chevaux) et offre un couple de 200Nm.

Les moteurs essence d’entrée de gamme ont une cylindrée de 1,5 litre et délivrent 170 ch (C180) ou 204 ch (C 200). Les chiffres de consommation moyenne varient entre 6,2 et 7,2 l/100 km selon la norme WLTP pour la C 180. Pour la C 200, ces chiffres sont de 6,5 à 7,4 l/100 km.

En ce qui concerne les diesel, la cylindrée est de 1.992 cm³ sur la C220 d (200 ch) et la C 300 (265 ch) qui apparaissent au catalogue. Pour ces deux motorisations, une consommation  moyenne de 5,1 à 5,8 l/100 km selon WLTP est annoncée.

 

Aussi en plug-in hybride

Il faudra attendre septembre pour découvrir les variantes PHEV de cette nouvelle Classe C. Les batteries destinées à stocker l’énergie électrique comptent seulement 96 cellules et disposent d’un refroidisseur interne afin d’optimaliser leurs prestations. Elles sont placées le plus bas possible afin de réduire au minimum l’espace de chargement du coffre et offrir un coffre plat. Ces batteries font toutefois perdre 100 litres d’espace de chargement. Elles affichent une capacité de 25,4 kWh, ce qui offre une autonomie purement électrique d’environ 100 km selon les mesures WLTP.

Le moteur électrique a une conception particulièrement compacte et se trouve, avec l’unité de commande électronique et le convertisseur DC/DC, entre le moteur à combustion et la nouvelle transmission automatique 9G-TRONIC. Le convertisseur DC/DC se charge de la régulation de l’énergie électrique entre l’alimentation embarquée de 48V et le système à haute tension. Le moteur électrique fournit 95 kW (129 ch) de puissance motrice et 100 kW de capacité de récupération d’énergie.

Pour la C 300e, la puissance du système est de 313 ch et le couple développe 550 Nm. Les spécifications de la C 300de n’ont pas encore été annoncées.

La batterie peut être rechargée via une borne AC jusqu’à 11 kW, qui permet de récupérer une batterie pleine en seulement 2 heures. La recharge en AC (courant continu) peut être sélectionnée en option, permettant une recharge jusqu’à 55 kW, de sorte qu’après 30 minutes, la batterie est pleine et dispose de 100 km d’autonomie.

La Classe C propose un choix de systèmes de récupération d’énergie pour gérer la charge de la batterie (y compris la recharge pendant la conduite), ainsi que l’option de “conduite à pédale unique” pour freiner au relâchement de l’accélérateur et récupérer l’énergie pour la batterie. Mercedes-Benz affirme que le poids de la batterie (210 kg, soit 100 kg de plus que son prédécesseur) est compensé par la capacité de récupération beaucoup plus élevée du système.

 

Petite Classe S

La Classe C reflète fortement la dernière Classe S (qui sera lancée à l’automne 2020), éclipsant ainsi la Classe E récemment reliftée (printemps 2020).

L’impressionnant écran vertical de la console centrale (9,5 pouces de série, 11,9 pouces en option) résume pratiquement toutes les commandes, de sorte qu’il n’y a pratiquement plus de boutons. Le groupe de compteurs est également numérique et permet différentes dispositions, très similaires à celles de la Classe S. Le système MBUX intègre de série la fonction “Online Music”, qui comprend la plupart des services de streaming musicaux les plus prisés.

L’essieu arrière directeur optionnel (2,5°) est également copié de la Classe S et se traduit par un rayon de braquage réduit de 43 cm (10,64 m).

En revanche, la suspension pneumatique a disparu de la liste des options, mais la version PHEV et le modèle T reçoivent un essieu arrière à suspension pneumatique de série.

Actuellement, seuls les tarifs pour l’Allemagne ont été dévoilés. Chez nos voisins, le prix de base est d’environ 42 000 € pour la C 180 et d’environ 48 000 € pour la C 220 D, toutes deux TVA comprise.